Image default
Emploi et Enseignement

Claude Allègre, de l’Éducation Nationale à l’écologie

Certains parcours de vie et carrières sont parfois surprenants et prennent des virages inattendus qui peuvent en surprendre plus d’un. C’est notamment le cas avec la carrière menée par Claude Allègre, géochimiste, ministre de l’Éducation Nationale puis qualifié de climato-sceptique pour ensuite de tourner vers la vulgarisation scientifique, l’homme suscite le débat, l’incompréhension, mais quoi qu’il en soit l’intérêt des médias depuis de nombreuses années.

De la science à l’Éducation Nationale

Né à Paris en 1937, Claude Allègre entame une brillante carrière scientifique avec l’obtention d’un doctorat des sciences physiques en 1967 et deviendra professeur titulaire à l’Université Paris VII, puis directeur de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP). On découvre sur cette fiche auteur que ces travaux lui permettront d’obtenir le prix Crawford et la médaille d’or du CNRS. Il deviendra également membre de l’Académie des sciences, de l’Académie des sciences des États-Unis et de la Royal Society. Il entamera également toute une série de publication d’ouvrages avec « L’écume de la Terre », en 1983. Parallèlement à ce parcours prestigieux, il aura également un rôle important en politique ce qui lui permettra de cumuler deux activités distinctes au sein de sa carrière (plus d’informations sur le sujet sur le blog Entreprises et Compagnie). En effet, il rejoint le parti socialiste en 1973 et son expérience en milieu universitaire lui permettra de devenir conseiller spécial de Lionel Jospin au sein du ministère de l’Éducation nationale ce qui lui permettra de devenir ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie en 1997.

Focus sur le changement climatique

Le changement climatique et l’écologie ont toujours fait partie du travail de Claude Allègre puisque dès la sortie de ses premiers ouvrages de vulgarisation scientifique l’impact humain était largement évoqué comme cause de nombreux phénomènes. « Économiser la planète », sorti en 1990 pointait largement du doigt les problématiques climatiques engendrées par l’homme et les conséquences auxquelles l’humanité devait s’attendre à faire face dans le futur. Pourtant, c’est un tout autre discours qui sera tenu dans « L’imposture climatique ou la fausse écologie » paru en 2010. Dans cet ouvrage, Claude Allègre change de point de vue sur le réchauffement climatique et l’écologie. Il offre à son public une nouvelle perception des enjeux environnementaux, mais aussi de leurs causes et de leurs conséquences. Cet ouvrage a eu un véritable impact sur la carrière de l’ex-ministre et scientifique puisque de nombreux climatologues et autres professionnels du sujet se sont exprimés sur le sujet dans la presse (un article sur le sujet ici). Claude Allègre y est régulièrement accusé de livrer de fausses informations et d’induire le lecteur en erreur en utilisant la science. Un bad buzz qui aura des conséquences sur la crédibilité de l’homme et qui marquera un véritablement tournant dans sa carrière.

Après l’imposture climatique

Malgré les vives réactions suscitées par son ouvrage, Claude Allègre poursuit sa quête de vulgarisation scientifique en continuant de publier des ouvrages portant sur le sujet avec notamment « Faut-il avoir peur du nucléaire ? » en 2011 et « Toujours plus de science pour tout le monde en 2014 ». Il travaillera également sur un ouvrage avec un tout autre sujet, s’appuyant sur son expérience politique en publiant « Sarko ou le complexe de Zorro » en 2012. Aujourd’hui, Claude Allègre continue de travailler sur le sujet du climat malgré une crise cardiaque violente dont il a été victime en 2013 en pleine conférence. Il est régulièrement sollicité pour débattre des enjeux climatiques et écologiques.

Related posts

Quelles formations suivre pour devenir un manager ou un leader ?

Irene

Comment se méfier des clients mauvais payeurs ?

Irene

Guide pratique pour bien choisir son mobilier scolaire

Tamby

Comprendre les atouts d’un jobboard

Tamby

Comment faire pour ne pas se perdre lors de la tenue de la comptabilité ?

Irene

Préparer la rentrée de son enfant, les conseils à prendre en compte

Irene