Image default
Immobilier

Comment bien choisir son constructeur de maison individuelle ?

Depuis quelques années, le secteur de la construction a connu une grande évolution. Aujourd’hui, beaucoup d’artisans se proclament constructeurs professionnels. Mais sont-ils tous assez compétents pour mener à bien un projet de construction de maison individuelle ? Trouver un constructeur au savoir-faire avéré devient alors le grand souci des français. Le choix d’un bon artisan se fait en fonction de certains critères qui déterminent le rendu final de votre habitation. Quels sont ces paramètres ? En quoi définissent-ils la qualité de votre logement ? Essayons de répondre à ces questions. 

Miser sur un constructeur fiable

Tous les connaisseurs s’accordent pour dire qu’un bon constructeur travaille toujours sur la base d’un contrat. Ce document est un engagement officiel que l’artisan propose à son client afin de légaliser son travail. Pour que le chantier se déroule dans les meilleures conditions, chacune des deux parties doit respecter les closes du CCMI (Contrat de Construction de Maison Individuelle). Ainsi, l’exécution des travaux sera sous l’entière responsabilité du constructeur. 

Il se peut, cependant, que ce dernier fasse intervenir d’autres professionnels sur le projet. Cela n’engage que lui puisque cette sous-traitance ne concerne pas le maître d’ouvrage. En effet, ce dernier est dans l’obligation de traiter directement avec la société de construction. En France, les meilleurs constructeurs sont ceux qui s’acquittent de leurs obligations légales. Alors, contacter https://www.maisons-inea.fr pour votre construction de maison.

S’assurer que le constructeur a souscrit à la garantie décennale

On ne peut pas attester de la compétence d’une société de construction de maison individuelle sans s’assurer qu’elle soit souscrite à l’assurance dommage ouvrage. Cette mesure encore appelée garantie décennale est une couverture qui protège les intérêts du maître d’ouvrage. Cette garantie obligatoire couvre le chantier de tout risque de dommage pouvant porter atteinte à la solidité du bâtiment. 

Elle prend effet un an après la fin des travaux et s’étend sur dix ans d’où son appellation d’assurance décennale.  En cas de malfaisance qui peut menacer la rigidité du logement, le propriétaire jouira d’une indemnité pouvant couvrir les dépenses de réparation. Sur internet, vous trouverez tous les détails relatifs à cette garantie.

Related posts

Un investissement conseillé dans un EHPAD

Laurent

Tout savoir sur le nouveau dispositif PUMA

Laurent

Quelles sont les dernières tendances du marché immobilier ?

administrateur

Investir en SCPI en 2018 avec la loi de défiscalisation Pinel

Laurent

Quelles sont les spécificités des SCPI immobiliers ?

Laurent

Comment acquérir des parts en SCPI ?

Laurent