Image default
Emploi et Enseignement

Comment se méfier des clients mauvais payeurs ?

Pas facile de travailler avec des clients étrangers et en particulier en absence de contrat manuscrit. Pourtant, certains partenaires y arrivent même sans aucun contrat établit, ils s’entendent juste sur des conditions de paiement par téléphone. Mais comment savoir si on a réellement affaire au bon ou mauvais payeur ? Voici comment s’y prendre.

Sachez collaborer avec un partenaire de confiance

Rien n’est gratuit dans la vie et pourtant, les arnaques sont devenues assez fréquents de nos jours. Depuis l’existence de l’externalisation des tâches ou des commandes à distance, on peut s’attendre au non paiement des factures et à des désengagements émis par les clients. Certes, la meilleure façon de prévenir les mauvais payeurs c’est de savoir à qui on affaire. En somme, il faut se renseigner sur son entreprise et même avoir entre les mains tous les dossiers permettant de leur faire plier dans la mesure où il ne respectera pas ses engagements. En d’autres termes, vu que les réseaux sociaux existent, l’entreprise en a forcément un. Il est bien dommage de ruiner sa réputation grâce à une divulgation de cette affaire à tous ses contacts. En outre, on doit aussi avoir en sa possession ses comptes annuels et ses différents partenaires.

Donnez une bonne précision des conditions de paiement

Les mauvais payeurs adorent tirer meilleur parti de nos erreurs. C’est pourquoi, dès le départ, il faut se montrer professionnel et faire savoir à son client qu’on connait l’existence des arnaques dans ce milieu. Aussi, on a plutôt intérêt à bien mettre le point sur le î en précisant les conditions de paiement incluant la date de paiement, le délai en cas de retard et les sanctions s’il dépasse ce délai. En somme, c’est en cette façon que l’on peut conclure un marché même si cela repose sur un partenariat à distance. Autrement dit, on peut toujours tomber sur un bon payeur mais dans le cas contraire, on doit faire face à la situation en se préparant à toutes les éventualités. L’important est que les deux parties puissent s’entendre notamment sur les différents points d’accords compte tenu du contrat établit. D’ailleurs, cet accord permet de protéger l’un contre l’autre et d’éviter les mauvaises surprises lorsqu’on sera confronté à la loi.

Passez à l’attaque

Une attaque ne prend pas forcément la forme d’une poursuite en justice et cela doit se faire étape par étape. D’abord, il faut prévenir le retard en soignant sa facture et en apportant plus de détail sur les commandes livrées et les tarifs pour chaque lot et en mentionnant également les dates de livraisons de commande. Ensuite, on relance le client pour lui avertir du paiement non effectué à la date prévue. Ensuite, il faut attendre son explication et lui demander ensuite un délai de 5 ou 8 jours. Dans le cas échéant, il va falloir faire valoir ses droits concernant les recouvrements de la facture impayée. Bien entendu, l’attaque prendra ici la forme de la négociation, soit à l’amiable, soit faire intervenir une société qui prendra en main cette affaire.

Related posts

Préparer la rentrée de son enfant, les conseils à prendre en compte

Irene

Dans quels cas faut-il recruter un freelance informatique ?

Journal

Accompagnement de l’enfant en difficulté scolaire par un psychologue Bry sur Marne

sophie

Finance Vs Marketing : lequel choisir pour son avenir ?

Tamby

Pourquoi continuer à étudier sans savoir la raison ?

Irene

Travaillez en Start-up ce que ca change d’un grand groupe

administrateur